Estrategia - Relaciones Internacionales - Historia y Cultura de la Guerra - Hardware militar.

Strategy – International Affairs – History and culture of War – Military Hardware.

Nuestro lema: "Conocer para obrar"
Nuestra finalidad es promover el conocimiento y el debate de temas vinculados con el arte y la ciencia militar. La elección de los artículos busca reflejar todas las opiniones. Al margen de su atribución ideológica. A los efectos de promover el pensamiento crítico de los lectores.

Our maxim: “understanding before action”
Our purpose is to encourage the knowledge and the debate of issues connected with art and military science. Selection of articles attempts to reflect different opinions. Beyond any ideological ascription. In order to impulse critical thought amongst our readers.

lunes, 30 de noviembre de 2015

Terrorisme : pouvons­nous critiquer le discours officiel?













Expliquer le terrorisme n’est pas justifier, et l’action du gouvernement, sans "explications" ne peut que mener à la catastrophe. 

Par Michel Wieviorka.

La droitisation de la vie politique française va­t­elle s’accompagner d’un anti­intellectualisme visant en premier
lieu ceux qui entendent apporter des connaissances sérieuses sur les enjeux que semble résumer le projet d’une

«guerre contre le terrorisme» ?

L’état d’urgence, dont on commence à voir qu’il ne concerne pas seulement les tueurs en puissance, mais aussi
bien d’autres «suspects», militants écologistes par exemple ne va­t­il pas inclure aussi des mesures portant atteinte à la liberté d’expression, ne va­t­il pas, sans aller jusque­là, contribuer à ce que soit disqualifiée la parole de ceux qui critiquent, y compris de façon constructive, le discours officiel ?
Il faut d’abord dire nettement que les catégories utilisées par le pouvoir pour rendre compte des récentes tueries,
de leurs auteurs et de leurs victimes sont contestables –ce qui ne veut évidemment pas dire que le drame ou la menace sont minimisées. Il peut être illustré à partir du discours du chef de l’Etat aux Invalides, en particulier sur deux registres.



Quelle "jeunesse de France" ?
François Hollande y a évoqué la «jeunesse de France », «une génération devenue l’image de la France». Au delà de la rhétorique, de tels mots ne correspondent pas à la réalité. Il n’y a pas une jeunesse formant un tout unique, mais des jeunes : les uns effectivement sortent, socialisent, vont au concert, au restaurant, etc., mais d’autres n’y vont pas, faute de moyens, ou parce qu’ils rejettent ce mode de vie. Si nous voulons agir efficacement face à la barbarie qui vient de s’exprimer, alors, nous devons savoir qu’elle n’est pas une simple pathologie mais le problème d’une partie de la
jeunesse.
Il est faux de laisser entendre que tous les jeunes s’identifient aux valeurs qui sont celles des victimes, c’est même contre­productif car cela ne peut que suggérer qu’au sommet de l’Etat, on ignore ou on disqualifie ceux qui pour diverses raisons ne s’identifient pas au mode de vie qui correspond à ces valeurs.

L'étrange réflexion de Manuel Valls
Le président de la République a évoqué aussi «une horde d’assassins», «une cause folle et (…) un dieu trahi» et promis «nous mènerons ce combat jusqu’au bout et nous le gagnerons». Mais le problème n’est pas, ou en tous cas pas seulement, de mettre fin aux agissements d’une «horde», il est aussi de faire face à un ensemble de difficultés sociales, culturelles politiques et économiques conduisant une partie de la population à la haine meurtrière de sa propre nation.
Manuel Valls vient de dire au Sénat (jeudi 26 novembre) qu’il ne veut pas entendre «des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques aux attentats du 13 novembre.
Le propos est inattendu de la part d’un Premier ministre qui, après les attentats de janvier dernier, en appelait aux sciences humaines et sociales pour apporter un éclairage en profondeur sur de tels évènements.
Il met sur le même plan les «excuses» et les «explications», comme si expliquer revenait à excuser. Manuel
Valls (http://tempsreel.nouvelobs.com/tag/manuel­valls) a peut­être voulu dire «sociales» et non
«sociologiques», et j’ai peine à imaginer qu’il se révèle hostile aux sciences humaines et sociales. Pour aller un instant dans son sens, il faut même signaler un double écueil qui guette toute analyse en la matière.
De nombreux jeunes, bien au­delà des quelques centaines ayant rejoint Daech en Syrie, se reconnaissent dans la haine de la France et dans l’action des tueurs, et sociologiquement, l'analyse peut apporter un éclairage utile.
Mais cet éclairage ne nous dit rien sur les quelques uns qui passent à l’acte, et risque de constituer un abus qu’on peut qualifier de «sociologisme».
L’autre risque est celui, symétrique du «psychologisme», qui proposerait des explications du passage à l’acte déconnectées de tout analyse sociologique, en termes par exemple de personnalité.

Analyser le terrorisme
Toujours est­il que nous n’avons jamais eu autant besoin d’expliquer le terrorisme. Car si nous n’expliquons pas, alors, l’action publique risque fort d’être à côté de la plaque, et même contre­productive. Si George W. Bush et Tony Blair, qui risque fort de devoir prochainement répondre de ses errements passés, se sont embarqués dans leur «guerre contre le terrorisme sur la base d’une pure et simple négation des connaissances disponibles sur Ben Laden, sur Al­Qaida ou sur l’Irak,
en dehors de quelques informations bidonnées, et nous en payons aujourd’hui les conséquences.
Si nous n’utilisons pas ce que nous enseignent les chercheurs aujourd’hui, nous parviendrons peut­être à mettre fin à Daech et, avec son éventuelle liquidation, à l’existence d’une base territoriale où peuvent être organisés et planifiés des attentats en Europe, et où aussi des nouvelles recrues peuvent être l’objet d’un traitement psychologique les transformant en tueurs.
Mais nous n'aurons en aucune façon réglé le problème qui est né en France même, dans notre société, et sur lequel nous commençons à y voir clair, dans l’attente de savoirs plus précis qui pourraient reposer, par exemple, sur l’examen des dossiers rassemblés par la justice et la police à propos des jeunes qui se «radicalisent» ­une expression elle­même sujette à caution.
Qu’est­ce qui fait que des pans non négligeables de la jeunesse aboutissent ainsi à basculer dans des visions et des projets mortifères ?
Peut­on sinon «déradicaliser», du moins envisager d’enrayer les processus qui conduisent aux pires horreurs sans connaître ces processus ?

Expliquer n'est pas justifier
Par quels cheminements de désubjectivation et de re­subjectivation certains adolescents, ou post­adolescents se convertissent­ils à l’islam alors qu’ils viennent de familles chrétiennes et habitent loin de tout voisinage avec des migrants, et que peut­on envisager pour leur offrir d’autres perspectives que l’islamisme radical ? Que se passe­t­il vraiment en prison, qui justifie l’idée qu’elle constitue un des terrains où s’opère le passage de la petite délinquance à l’islamisme radical, et que faire avec les détenus musulmans, ou en passe de le (re)devenir ?
N’avons­nous pas affaire à une poussée générale, dans la société, où des jeunes de divers milieux sont en quête de sens et veulent s’engager, un peu comme en d’autres temps une «épidémie terroriste» avait secoué notre pays, à la fin du XIXe siècle, juste avant que ne se mette en place un mouvement ouvrier, avec la création de la CGT et l’ouverture des Bourses du travail ?
Ne faut­il pas se préparer à une telle poussée continue, un peu comme lorsque la jeunesse italienne s’est massivement montrée désireuse d’utiliser le «camarade P 38» ­un mouvement qui a duré une quinzaine d’années et dont la fin historique, contrairement à ce qui a souvent été dit, doit moins à l’efficacité répressive du Général Dalla Chiesa qu’à l’épuisement des acteurs ayant perdu tout contact avec le réel ?
Expliquer n’est pas justifier, et l’action sans «explications» ne peut que mener à la catastrophe. Le dire, ce n’est pas contester la légitimité de ceux qui ont la lourde responsabilité d’agir, ni minimiser le danger : c’est simplement demander à ce que la raison et la connaissance trouvent leur place.